Pas encore inscrit ? | Passe oublié

Rantepao - « Je ne sais pas où je vais, si jamais je le savais, je crois bien que je n’irais plus" - Où je vais - Rue kétanou

23/09/2013 | rantepao indonesie | 0 commentaire |

Rantepao - « Je ne sais pas où je vais, si jamais je le savais, je crois bien que je n’irais plus" - Où je vais - Rue kétanou

                Nous ne pouvions pas partir du pays Toraja sans assister à des funérailles ; et on a de la chance, il y en a pendant que nous sommes là ! Nous partons donc tous les six en voiture à une heure de Rantepao (à Madandan). Par respect des coutumes, nous sommes tous couverts, pantalons et manches longues, aussi sombre que notre garde-robe restreinte le permet, et cela est loin d’être agréable aux vues des chaleurs journalières !

 

                En chemin, le guide nous apprend beaucoup sur la communauté Toraja. « Toraja » signifie « homme de la montagne ». Ils représentent moins d’un quart de la population de Sulawesi. Lors de la colonisation, les musulmans tentèrent de les convertir mais en vain (moins de 1% de la communauté) car les Torajas aiment beaucoup trop manger du porc et boire du vin de palme! Quant aux chrétiens, le premier se fit tuer pour avoir tenté d’abolir toutes les traditions ; les suivants firent des concessions et convertirent la majorité des Torajas. C’est assez étrange de voir cette religion que l’on connaît si bien côtoyer un tel culte de la mort. Mais ici, sans les rites funéraires appropriés, l’âme d’un défunt provoquerait le malheur de sa famille !

 

                En effet, toute la vie des Torajas est centrée autour des funérailles et de leurs préparations. Lorsque quelqu’un vient à mourir, la famille conserve le corps dans la maison familiale à l’aide de bandages telles les momifications, ou de produits chimiques. Durant la période d’organisation, le défunt est considéré comme mourant (mais encore en vie !) et la famille continue de s’adresser à lui et à lui apporter de la nourriture.

                Dans la tradition, toute la famille, les amis, les amis des amis, les amis de la famille, la famille des amis venant des quatre coins du pays doivent être présents. Pour permettre à tous d’y assister, cela demande des mois de préparation pour fixer une date et surtout pour construire de quoi loger et nourrir tout ce beau monde pendant plus de trois jours. Une telle cérémonie nécessite beaucoup d’argent  et cela peut parfois prendre plus d’un an et demi, et papi est toujours allongé dans son lit !

 

                Les buffles sont ici un symbole social, leur possession représente richesse et pouvoir. Pour les Torajas, l’âme des animaux suit celle de leur maître, d’où l’importance de leur sacrifice. Chacun coûte plusieurs milliers de dollars et les familles en sacrifient plus d’une vingtaine sans compter les cochons !

 

                Maintenant que nous avons un peu plus d’éléments pour comprendre cette culture, nous arrivons au village. Nous prenons place dans des box en bambou, où l’on nous sert thé, café, et cakes traditionnels. Nous sommes reçus par le petit-fils de la défunte. Il nous accueille comme sa propre famille, c’est étonnant de voir une poignée de touristes se mêler à la fête !

                Nous remettons les cadeaux à Suleman (cartouches de cigarettes traditionnelles, parfumées aux girofles et épices) et goutons la cuisine typique cuite dans les troncs de bambous. Nous sommes alors autour de la place principale, au milieu de laquelle trône le cercueil coiffé d’un toit en forme de cornes de buffle.

 

                Tout à coup, les hommes soulèvent la maisonnette, et entonnent des chants religieux en secouant dans tous les sens le corps du défunt ! Un buffle entre en scène, et le moment tant redouté du sacrifice est arrivé. C’est moins pire que ce que l’on craignait. Le couteau était bien affuté et d’un geste précis la bête tombe à terre. Les villageois la traine sur le bord afin de commencer la découpe pour se terminer en cuisine (repas du lendemain pour toute la compagnie !).

 

                Puis les processions commencent de la place vers les box. D’abord les « guests » et leurs cadeaux, dont le maitre de cérémonie énumère les noms un par un. Ensuite ce sont les femmes vêtues d’un même uniforme qui leur apportent nourriture et boissons. Tout le monde dehors, et ça recommence. On ne cerne pas trop les différences, mais c’est interminable !

 

                Au final ce sont les pauvres cochons amenés en offrandes, ligotés à des tiges de bambous, au soleil toute la journée qui nous font le plus mal au cœur.

 

                Bref, ce soir, on n’a pas l’estomac à manger du buffalo !

 
Note : 5.00 - 1 vote



Ajouter un commentaire


Pour ajouter un commentaire vous devez vous identifier Inscrivez-vous!

Si vous ne souhaitez pas vous connecter, mettez simplement
Votre nom Votre email :


 
11/09/2013 | jakarta | 1 commentaire

Jakarta - « Plus loin que la nuit et le jour » - Voyage voyage - Desireless

Jakarta   -   « Plus loin que la nuit et le jour » - Voyage voyage - Desireless          Alors que nous nous apprêtons à passer 8 heures in-ter-mi-nables pour rallier Jakarta (capitale de l’Indonésie, île de Java) nous découvrons à notre grande surprise un avion… Vide ! Nous sommes une dizaine en classe éco, ce qui nous vaut un personnel aux petits ... Lire la suite

 
12/09/2013 | borobudur temple, indonésie | 0 commentaire

Borobudur - "Et puis une route en croise une autre, et puis une autre et encore une autre" - Où je vais - La Rue Ketanou

Borobudur   -                   C'est à 6 h du matin que nous quittons avec envie et curiosité la mégalopole. A bord d'un tuk-tuk nous rejoignons la gare de Jakarta. Durant ces 8 h de train nous allons traverser et découvrir pour la première fois une grande partie de l'île.... Lire la suite

 
13/09/2013 | | 0 commentaire

"Poussez, poussez, ça va rentrer" - Amis ingénieurs

                 Un bus local, nous parlons ici d'un bus dans un petit village c'est une expérience inoubliable à laquelle nous souhaitons vous inviter. Imaginez un bus datant d'après guerre, rouillé, troué, déchiré. Les fenêtres ne s'ouvrent plus, où ne se ... Lire la suite

 
13/09/2013 | yogyakarta indonésie | 0 commentaire

Yogyakarta - « Etre né quelque part, pour celui qui est né, c’est toujours un hasard » - Né quelque part – Maxime Le Forestier

Yogyakarta - «  Etre né quelque part, pour celui qui est né, c’est toujours un hasard » - Né quelque part – Maxime Le Forestier            Dans les bouquins qui ne nous quittent pas d’une semelle, il était dit que les trains pour Surabaya (2e ville la plus importante du pays, après Jakarta) étaient à 70 000 Rp. Dans la gare où nous arrivons, il n’y a pas de train économique, mais seulement des ... Lire la suite

 
14/09/2013 | bromo parc national indonésie | 3 commentaires

Mont Bromo - "I just woke up, jet I'm still dreaming Into the wild, I looked for meaning" - Walking alone - Patrice

Mont Bromo -             Après cette longue nuit (ou courte, suivant comment on prend les choses) nous arrivons à la gare de Surabaya. Il est 4h et tous les taxis nous harcèlent. Finalement, nous finissons par céder, après forte négotiation et un gain de moitié ; il nous emmène à la gare ... Lire la suite

 
17/09/2013 | sempol | 6 commentaires

Plateau Ijen – « Si tu as la force et la foi, l’or est à portée de tes doigts » - Là-bas - J.J. Goldman

Plateau Ijen – « Si tu as la force et la foi, l’or est à portée de tes doigts » - Là-bas - J.J. Goldman                Pas évident de retracer en quelques lignes ce que nous avons vécu aujourd’hui. Ce fut à la fois, la chose la plus belle, la plus grandiose et la plus effrayante que la Nature ne nous ait jamais ... Lire la suite

 
21/09/2013 | rantepao indonesie | 0 commentaire

Rantepao - "where the grass is green and the buffaloes roam" - Jimmy - Moriarty

Rantepao -           Enfin, nous arrivons à reprendre le cours de nos articles !            Après quelques jours de farniente à Bali (Kuta), nous attaquons de nouveau toutes les trois notre marche vers l’aventure ! C’est dans la capitale de Bali, Denpasar que nous cédons à ... Lire la suite

 
22/09/2013 | rantepao indonesie | 1 commentaire

Rantepao - "Et pour ne pas que des fous nous renverssent, On prenait les chemins de traverse" - Chemins de traverse - F. Cabrel

Rantepao -               Comme prévu hier soir, nous rejoignons John pour le petit déjeuner. Là nous rencontrons deux françaises, Octavie et Eugénie, qui nous demandent des conseils pour faire une randonnée dans le nord du pays Toraja… Ca tombe bien, c’est le programme du jour ! ... Lire la suite

 
24/09/2013 | | 1 commentaire

Rantepao – « Au marché tu peux tout trouver, Des patates et du poisson, Des savates et du savon » - Au marché - Henri Dès

Rantepao – « Au marché tu peux tout trouver, Des patates et du poisson, Des savates et du savon » - Au marché - Henri Dès            Aujourd’hui c’est le jour du « Big Market » à Bulu. Ce marché principal a lieu tous les six jours et rythme la vie des Torajas. Comme d’habitude on a beaucoup de chance, nous ne sommes là que pour quatre jours et nous avons le droit à tous les ... Lire la suite

 
27/09/2013 | Gili's Islands | 0 commentaire

Gilis – “Where the sky so blue, where the sunshine so bright” – Welcome to my paradise – Groupe indonésien

Gilis – “Where the sky so blue, where the sunshine so bright” – Welcome to my paradise – Groupe indonésien          Quelques jours de plage et de farniente entre filles sont bien nécessaires pour oublier ces rites morbides : ça tombe bien, il parait qu’on est en Indonésie !             Il nous aura bien fallu 2 jours complets de transports, bus, taxis, bemo, avion, ... Lire la suite

 
30/09/2013 | senaru lombok | 2 commentaires

Lombok Nord&Centre - "Pour aller n'importe où Pour aller jusqu'au bout Des chemins de fortune " - Ma liberté - Georges Moustaki

Lombok Nord&Centre -             C’est sur la plage de Bangsal (Lombok) que nos chemins se séparent. Le trio part découvrir l’île, et Nel continue son voyage déjà programmé.             Sur cette île, le tourisme se concentre sur trois principales ... Lire la suite

 
02/10/2013 | kuta | 0 commentaire

Lombok Sud - "Pour aller n'importe où Pour aller jusqu'au bout Des chemins de fortune " - Ma liberté - Georges Moustaki

Lombok Sud -              Au petit matin, après une nuit peu reposante pour le corps et les oreilles, Lara qui s’est aventurée au « karaoké » la veille nous raconte. C’est en fait bel et bien une maison close où les filles chantent sur une estrade dans l’unique but d’être ... Lire la suite

 
05/10/2013 | ubud bali | 0 commentaire

Ubud – « Des bracelets qui farandolent, des boucles d’oreilles qui sourient » - Almarita - La Rue Kétanou

Ubud – « Des bracelets qui farandolent, des boucles d’oreilles qui sourient » - Almarita - La Rue Kétanou           C’est lentement, très lentement que nous rejoignons pour la dernière fois Ubud à Bali. Pour les quatre jours qu’il nous reste sur les terres indonésiennes, nous décidons de lever un peu le pied.              Nous alternerons donc, ... Lire la suite

 
08/10/2013 | ubud bali | 0 commentaire

LARA – « And when the night is cloudy there is still a light that shines on me » - Let it be – Beatles

LARA – « And when the night is cloudy there is still a light that shines on me » - Let it be – Beatles            Au départ c’était pour quelques jours, et finalement c’est pour un mois que nous avons voyage ensemble. Partageant découvertes, coups de cœurs et de folie, c’est une réelle amitié qui s’est tissée de jours en jours. De manière naturelle et ... Lire la suite

 
08/10/2013 | ubud bali | 1 commentaire

Le mot de la fin pour Pao - "On fait le Bilan, calmement en s'remémorant chaque instant" - Le Bilan - Neg Marrons

Le mot de la fin pour Pao - Cite trois adjectifs qui caractérisent le mieux l’Indonésie et ses habitants :           Diversifiée – Expressifs – Spontanés  Qu'est ce qui restera marqué dans ta mémoire, que le temps qui s'acharne ne pourra effacer ? ... Lire la suite

 
08/10/2013 | ubud bali | 0 commentaire

Le mot de la fin pour Delph - "On fait le Bilan, calmement en s'remémorant chaque instant" - Le Bilan - Neg Marrons

Le mot de la fin pour Delph - Donne 5 mots (pas plus!) pour imager ce que tu as pu entrevoir de ce pays:
          Accueil, chaleur, couleurs, dépaysement, émerveillement     Quel a été le moment le plus fort pour toi?
         Ahah, sans hésiter le ...

Lire la suite

Devenez Tripper !
Mes trips Carte de mes trips
Participer au forum
Articles
Mes photos

© 2018 Tripper-Tips.com | CGU | Pub | Contacts | Support | Partenaires |Tripper-Tips.com en page d'accueil