Pas encore inscrit ? | Passe oublié

Plateau Ijen – « Si tu as la force et la foi, l’or est à portée de tes doigts » - Là-bas - J.J. Goldman

17/09/2013 | sempol | 5 commentaires |

Plateau Ijen – « Si tu as la force et la foi, l’or est à portée de tes doigts » - Là-bas - J.J. Goldman

                Pas évident de retracer en quelques lignes ce que nous avons vécu aujourd’hui. Ce fut à la fois, la chose la plus belle, la plus grandiose et la plus effrayante que la Nature ne nous ait jamais offert.

 

               C’est à 1 heure du matin que nous arrivons au pied du Kawa Ijen après deux heures de voyage sur les routes sinueuses ralliant Bondowoso au plateau. Frontales, chaussures de rando, vestes chaudes, écharpes, quelques litres d’eau et nous sommes prêtes à commencer cette nouvelle randonnée de nuit.

 

 

              Le Kawah Ijen est un volcan situé dans l'est de l'île de Java ; son nom signifie « cratère Vert » en javanais. Il abrite un lac acide réputé pour être le plus acide de la planète (pH de de 0,2 !)


              La particularité du Kawah Ijen est sa grande production de soufre. L’eau du lac acide s’infiltre dans le volcan. En circulant, elle se réchauffe au contact du magma au point de se vaporiser, se charger en éléments minéraux pour enfin remonter vers la surface en formant des panaches jaunâtres de vapeur d'eau chargée en éléments minéraux.
              Sortant donc de terre à l'état gazeux, le soufre se refroidit et passe à l'état liquide avant de se cristalliser rapidement sous forme de minerai dont la couleur va du jaune canari à l'orangé3. Exploité par des habitants de la caldeira de l'Ijen, la production de ce minerai de soufre est optimisée avec la canalisation des vapeurs ce qui permet une cristallisation plus rapide et plus abondante. Ainsi, un système de tuyaux métalliques a été installé à la sortie des principales bouches.

              Depuis des décennies, les villageois extraient le soufre à coup de barre à mine sous la forme de blocs de plusieurs dizaines de kilogrammes chacun qu'ils installent dans des paniers. Ils redescendent à pied environ 70kg par trajet jusqu'à une usine dans la vallée. Ils font cet aller-retour 2 fois par jours pour 200 000 Rp (soit moins de 15€, ce qui reste un salaire journalier élevé en Indonésie).

              Ce métier n'est pas sans danger pour les mineurs car outre l'effort physique à fournir principalement représenté par la marche en altitude et le portage du minerai, la cohabitation durant des heures avec les émanations acides du lac et la vapeur de soufre est néfaste pour la santé : elles attaquent les muqueuses, les yeux, la peau, etc. L'espérance de vie des mineurs excède rarement 40 ans.

 

 

               Le chemin est bien plus escarpé que lors de l’ascension du Penanjakan, et la fatigue des jours précédents ne nous facilite pas la tâche.

 

               Au bout de quelques heures de marche et d’effort où nous croisons quelques rares touristes téméraires, nous arrivons en haut du plateau. Il fait nuit noire et l’odeur du souffre est pesante.

 

               Nous apercevons au loin les "blue fire" qui nous ont valu cette nuit blanche. Un panneau indique qu’il est interdit de descendre dans le cratère mais les ramasseurs de souffre servant de guides, proposent quand même la descente pour quelques milliers de roupies. Trop tentant. En effet il n’y a que deux endroits dans le monde où il est possible de les observer.  Nous choisissons un guide et commençons à marcher l’écharpe nous masquant le nez et la bouche.

 

               Plus nous nous enfonçons dans le cratère, plus les vapeurs deviennent importantes. Les yeux nous piquent mais cela reste supportable. Le guide, très charmant et très attentif ne cesse de nous montrer où poser les pieds pour descendre sans danger cette pente si verticale.

 

               Après une vingtaine de minutes, nous arrivons près des blue fire. C’est un instant magique, irréel. Comme si la pierre brûlait, se consommait d’elle même et s’envolait dans d’immenses flammes bleues, terrifiantes.

 

               Puis nous nous approchons un peu plus des canalisations d’où s’échappe la fumée. Le souffre chaud, sous forme gazeuse, s’échappe des entrailles du volcan. L’air est vraiment chargé en vapeurs toxiques à présent, mais nous goutons au quotidien des ramasseurs, récupérant comme si de rien était, les blocs de souffre s’extrayant du cratère et remplissant avec soin leur lourds paniers.

 

               Sans crier garde le vent se met à tourner et nous nous retrouvons totalement prises au piège dans un décor toxique. Les vapeurs nous entourent et nous asphyxient. Il est à présent impossible de respirer. Nos gorges, nos yeux brûlent à cause de l’acide chlorhydrique et nos écharpes ne servent plus à rien. Vague de panique pour tous les touristes présents à nos côtés. Le guide nous récupère toutes les trois par la main et nous entamons une course folle loin de ces canalisations. Entre rêves et cauchemars, à la limite de l’évanouissement, nous remontons assez pour attendre que le vent tourne de nouveau. Jamais, il me semble, nous  n’avons effectué l’ascension d’un chemin plus vite que sa descente!

 

               Arrivées en haut, le guide nous explique que c’est leur quotidien et cela arrive plusieurs fois par jours.  Munis de masques, ils ne remontent jamais et continuent leur lourde besogne. Pour nous ça a été suffisant. Après cette montée d’adrénaline, nous grimpons un peu plus au sommet pour admirer le lever du soleil car oui, il n’est que 5h du matin. Lorsque le rideau se lève, nous ne pouvons que rester muettes devant cette immensité. Le lac émeraude du cratère tranche avec les roches jaunes du souffre. Plus loin, les chaines de montagnes jouent avec les nuages et si on tourne encore un peu le regard sur ce panorama à 360° c’est le soleil se levant sur la mer qui s’offre à nous. Récompense et soulagement après une nuit chargée en émotion !

 
Note : 4.38 - 8 votes



Commentaires
  • par JuPala 21/09/2013 Alerter

    Enooorme!
    Un truc de fou!
    Vous vous gavez et vous avez bien raison!
    Je vous embrasse fort toutes les 2 et vas faire en sorte de prendre un peu plus le temps de suivre vos péripéties d'un peu plus près!

  • par Sylvain 22/09/2013 Alerter

    En même temps quand on s'appelle Goldman c'est facile d'avoir "l'or à portée de tes doigts"

  • par Zouzou 22/09/2013 Alerter

    Bande de folle :p Rien qu'en lisant j'avais l'impression d'être asphyxiée aussi ^^ Les photos sont magnifiques ;) Bisous à vous toutes (même si je ne connais pas les 2 autres) J'ai hâte de lire la suite :)

  • par papa claude! 23/09/2013 Alerter

    super.....tout.....mais...vous êtes folles!! avec le coup du volcan et des gazs....suis sur chemin de compostelle...3000 ampoules! encore combien pour qu'on me pardonne mes péchés et qu'ainsi ma fille "voyage normal" bon blagues à part je suis heureux pour vous mais faites quand même un peu plus attention.. si vraiment les gazs vous manquent entre la pollution de Grenoble et des lacrymos dans une manif on peut y remédier...alors ne vous mettez pas en danger et profitez je t'embrasse très fort-les autres aussi mais un peu moins..normal - papa

  • par Aurelien 27/09/2013 Alerter

    Vous avez pas fini de faire peur à Claude avec des récits pareils... :-)
    Absolument magiques ces blue fire, je suis bouche bée. Je comprends que vous ayez pris le risque, vraiment magnifique !

Ajouter un commentaire


Pour ajouter un commentaire vous devez vous identifier Inscrivez-vous!

Si vous ne souhaitez pas vous connecter, mettez simplement
Votre nom Votre email :


 
11/09/2013 | jakarta | 1 commentaire

Jakarta - « Plus loin que la nuit et le jour » - Voyage voyage - Desireless

Jakarta   -   « Plus loin que la nuit et le jour » - Voyage voyage - Desireless          Alors que nous nous apprêtons à passer 8 heures in-ter-mi-nables pour rallier Jakarta (capitale de l’Indonésie, île de Java) nous découvrons à notre grande surprise un avion… Vide ! Nous sommes une dizaine en classe éco, ce qui nous vaut un personnel aux petits ... Lire la suite

 
12/09/2013 | borobudur temple, indonésie | 0 commentaire

Borobudur - "Et puis une route en croise une autre, et puis une autre et encore une autre" - Où je vais - La Rue Ketanou

Borobudur   -                   C'est à 6 h du matin que nous quittons avec envie et curiosité la mégalopole. A bord d'un tuk-tuk nous rejoignons la gare de Jakarta. Durant ces 8 h de train nous allons traverser et découvrir pour la première fois une grande partie de l'île.... Lire la suite

 
13/09/2013 | | 0 commentaire

"Poussez, poussez, ça va rentrer" - Amis ingénieurs

                 Un bus local, nous parlons ici d'un bus dans un petit village c'est une expérience inoubliable à laquelle nous souhaitons vous inviter. Imaginez un bus datant d'après guerre, rouillé, troué, déchiré. Les fenêtres ne s'ouvrent plus, où ne se ... Lire la suite

 
13/09/2013 | yogyakarta indonésie | 0 commentaire

Yogyakarta - « Etre né quelque part, pour celui qui est né, c’est toujours un hasard » - Né quelque part – Maxime Le Forestier

Yogyakarta - «  Etre né quelque part, pour celui qui est né, c’est toujours un hasard » - Né quelque part – Maxime Le Forestier            Dans les bouquins qui ne nous quittent pas d’une semelle, il était dit que les trains pour Surabaya (2e ville la plus importante du pays, après Jakarta) étaient à 70 000 Rp. Dans la gare où nous arrivons, il n’y a pas de train économique, mais seulement des ... Lire la suite

 
14/09/2013 | bromo parc national indonésie | 3 commentaires

Mont Bromo - "I just woke up, jet I'm still dreaming Into the wild, I looked for meaning" - Walking alone - Patrice

Mont Bromo -             Après cette longue nuit (ou courte, suivant comment on prend les choses) nous arrivons à la gare de Surabaya. Il est 4h et tous les taxis nous harcèlent. Finalement, nous finissons par céder, après forte négotiation et un gain de moitié ; il nous emmène à la gare ... Lire la suite

 
21/09/2013 | rantepao indonesie | 0 commentaire

Rantepao - "where the grass is green and the buffaloes roam" - Jimmy - Moriarty

Rantepao -           Enfin, nous arrivons à reprendre le cours de nos articles !            Après quelques jours de farniente à Bali (Kuta), nous attaquons de nouveau toutes les trois notre marche vers l’aventure ! C’est dans la capitale de Bali, Denpasar que nous cédons à ... Lire la suite

 
22/09/2013 | rantepao indonesie | 1 commentaire

Rantepao - "Et pour ne pas que des fous nous renverssent, On prenait les chemins de traverse" - Chemins de traverse - F. Cabrel

Rantepao -               Comme prévu hier soir, nous rejoignons John pour le petit déjeuner. Là nous rencontrons deux françaises, Octavie et Eugénie, qui nous demandent des conseils pour faire une randonnée dans le nord du pays Toraja… Ca tombe bien, c’est le programme du jour ! ... Lire la suite

 
23/09/2013 | rantepao indonesie | 0 commentaire

Rantepao - « Je ne sais pas où je vais, si jamais je le savais, je crois bien que je n’irais plus" - Où je vais - Rue kétanou

Rantepao - « Je ne sais pas où je vais, si jamais je le savais, je crois bien que je n’irais plus                Nous ne pouvions pas partir du pays Toraja sans assister à des funérailles ; et on a de la chance, il y en a pendant que nous sommes là ! Nous partons donc tous les six en voiture à une heure de Rantepao (à Madandan). Par respect des coutumes, nous sommes tous ... Lire la suite

 
24/09/2013 | | 1 commentaire

Rantepao – « Au marché tu peux tout trouver, Des patates et du poisson, Des savates et du savon » - Au marché - Henri Dès

Rantepao – « Au marché tu peux tout trouver, Des patates et du poisson, Des savates et du savon » - Au marché - Henri Dès            Aujourd’hui c’est le jour du « Big Market » à Bulu. Ce marché principal a lieu tous les six jours et rythme la vie des Torajas. Comme d’habitude on a beaucoup de chance, nous ne sommes là que pour quatre jours et nous avons le droit à tous les ... Lire la suite

 
27/09/2013 | Gili's Islands | 0 commentaire

Gilis – “Where the sky so blue, where the sunshine so bright” – Welcome to my paradise – Groupe indonésien

Gilis – “Where the sky so blue, where the sunshine so bright” – Welcome to my paradise – Groupe indonésien          Quelques jours de plage et de farniente entre filles sont bien nécessaires pour oublier ces rites morbides : ça tombe bien, il parait qu’on est en Indonésie !             Il nous aura bien fallu 2 jours complets de transports, bus, taxis, bemo, avion, ... Lire la suite

 
30/09/2013 | senaru lombok | 2 commentaires

Lombok Nord&Centre - "Pour aller n'importe où Pour aller jusqu'au bout Des chemins de fortune " - Ma liberté - Georges Moustaki

Lombok Nord&Centre -             C’est sur la plage de Bangsal (Lombok) que nos chemins se séparent. Le trio part découvrir l’île, et Nel continue son voyage déjà programmé.             Sur cette île, le tourisme se concentre sur trois principales ... Lire la suite

 
02/10/2013 | kuta | 0 commentaire

Lombok Sud - "Pour aller n'importe où Pour aller jusqu'au bout Des chemins de fortune " - Ma liberté - Georges Moustaki

Lombok Sud -              Au petit matin, après une nuit peu reposante pour le corps et les oreilles, Lara qui s’est aventurée au « karaoké » la veille nous raconte. C’est en fait bel et bien une maison close où les filles chantent sur une estrade dans l’unique but d’être ... Lire la suite

 
05/10/2013 | ubud bali | 0 commentaire

Ubud – « Des bracelets qui farandolent, des boucles d’oreilles qui sourient » - Almarita - La Rue Kétanou

Ubud – « Des bracelets qui farandolent, des boucles d’oreilles qui sourient » - Almarita - La Rue Kétanou           C’est lentement, très lentement que nous rejoignons pour la dernière fois Ubud à Bali. Pour les quatre jours qu’il nous reste sur les terres indonésiennes, nous décidons de lever un peu le pied.              Nous alternerons donc, ... Lire la suite

 
08/10/2013 | ubud bali | 0 commentaire

LARA – « And when the night is cloudy there is still a light that shines on me » - Let it be – Beatles

LARA – « And when the night is cloudy there is still a light that shines on me » - Let it be – Beatles            Au départ c’était pour quelques jours, et finalement c’est pour un mois que nous avons voyage ensemble. Partageant découvertes, coups de cœurs et de folie, c’est une réelle amitié qui s’est tissée de jours en jours. De manière naturelle et ... Lire la suite

 
08/10/2013 | ubud bali | 1 commentaire

Le mot de la fin pour Pao - "On fait le Bilan, calmement en s'remémorant chaque instant" - Le Bilan - Neg Marrons

Le mot de la fin pour Pao - Cite trois adjectifs qui caractérisent le mieux l’Indonésie et ses habitants :           Diversifiée – Expressifs – Spontanés  Qu'est ce qui restera marqué dans ta mémoire, que le temps qui s'acharne ne pourra effacer ? ... Lire la suite

 
08/10/2013 | ubud bali | 0 commentaire

Le mot de la fin pour Delph - "On fait le Bilan, calmement en s'remémorant chaque instant" - Le Bilan - Neg Marrons

Le mot de la fin pour Delph - Donne 5 mots (pas plus!) pour imager ce que tu as pu entrevoir de ce pays:
          Accueil, chaleur, couleurs, dépaysement, émerveillement     Quel a été le moment le plus fort pour toi?
         Ahah, sans hésiter le ...

Lire la suite

Devenez Tripper !
Mes trips Carte de mes trips
Participer au forum
Articles
Mes photos

© 2018 Tripper-Tips.com | CGU | Pub | Contacts | Support | Partenaires |Tripper-Tips.com en page d'accueil