Pas encore inscrit ? | Passe oublié

Plateau des Bolovènes - « Hit / Eat the road Jack » - Ray Charles

26/10/2013 | pakse laos | 1 commentaire |

Plateau des Bolovènes - « Hit / Eat the road Jack » - Ray Charles

            Bon, c’est la cata, on a des semaines et quelques milliers de kilomètres de retard dans les articles ! A l’heure où je vous écris, on est déjà depuis un moment en Nouvelle Zélande mais revenons au Laos pour les dernières péripéties…

 

            Nous avons donc quitté les quatre mille îles pour rejoindre Paksé et la petite guest qu’on aimait bien. Au moment de remplir le registre, on voit une « Melissa L… », Chouette, on retrouve les copains ! Comme le voyage nous a creusé l’appétit, on se fait un petit indien délicieux, le sourire aux lèvres en se réjouissant de les retrouver !

 

            Ça n’a pas loupé, quelques minutes plus tard ils déboulent sous nos yeux, tels des motards. Cela nous permet de trouver le fameux shop de « Miss Noy ». Dans la région de Paksé, tout le monde ne parle que d’elle : elle loue des motos pour découvrir le plateau des Bolovènes, mais surtout, SURTOUT, son mari est belge et fait le guide touristique à la carte : en anglais ou en français, sur 1, 2 ou 3 jours, cascades, plantations, villages traditionnels, personnalités incontournables à rencontrer… Bref, nous repartons avec des tonnes d’informations et deux amis pour faire la route (comme dirait Paola « On était avec un autre couple ». Ce qui, il faut l’avouer, a le don d’éveiller la curiosité aux quatre coins du monde quant à notre relation !)

 

            Après une bonne nuit de sommeil et un pancake chez notre copain l’indien (bin oui, ca va devenir notre cuistot attitré : super bon, super gentil et super pas cher !) nous enchainons avec:

Version officielle : un bon choix de moto, celle qui nous conduira en toute sécurité d’une halte à l’autre sur cette boucle de deux jours. En plus, elle a un petit panier devant !
Version officieuse : un mauvais choix de moto, celle qui n’a pas de compteur de vitesse (et donc pas de compteur kilométrique), qui cale au démarrage et qui n’a pas de freins. (Oui, le panier c’était pour noyer le poisson, j’crois que ça a marché !)

 

 

            Bon, en route ! On file en direction d’un petit village traditionnel, « au km36 ». Il faut être honnêtes, sur la carte ça nous paraissait trouvable. Mais en fait, il n’y a pas de panneaux, et surtout, les deux tiers des bornes kilométriques sont blanches (elles sont entrain d’être repeintes depuis des mois nous a-t-on dit ! Le rythme Lao c’est quelque chose !). On finit par trouver le village. Ca fait du bien de descendre des deux roues ! On part se promener, on découvre des maisons assez originales (entièrement en bois de toutes sortes, même les plus difformes trouvent leur place !), une petite cascade, un village typique. Les femmes, en habits traditionnels, tissent des paniers, des écharpes ou taillent des écarteurs d’oreilles E-NORMES !

 

            Après cette petite pause où il est dur de dissocier le vrai du faux, le traditionnel du touristique, nous partons à la recherche d’un restau, ou quelques chose dans le genre. Là, part contre, le traditionnel on y aura droit. Le premier que nous trouvons nous propose du sang de poulet… « Non merci, j’ai arrêté », on s’en va plus loin trouver une table dans ce qui ressemble un peu plus à des cuisines. Ici, pas de carte, c’est plat commun : riz et abats de poulets en tous genres et non identifiables… Bon ap’ !

 

Après ce festin, nous repartons à la rencontre de Mister Vieng pour découvrir sa plantation de café. Manque de chance aujourd’hui il est « malade » et il ne fait pas de visites. Tant pis, après avoir gouté le fruit de son travail, on repart.

 

            Ah, non, on ne repart pas, Matthieu et Melissa ont crevé. Heureusement, M. Vieng (avec sa gueule de bois) vient à notre aide pour trouver un réparateur. Allez zou, cette fois c’est la bonne, on roule en direction de Tad Lo. Ici il y a quelques jolies cascades à voir et un petit village plein de guests pour passer la nuit. Par chance, Mama Pap’ a encore assez de matelas dispos pour nous accueillir dans son dortoir et nous installe sur le champ quelques tentures pour nous préparer un coin douillet avec un tout petit peu d’intimité. C’est un petit bout d’bonne femme super souriante, elle parle très bien anglais, nous fait mourir de rire et est plutôt rock’n roll (elle fume clopes sur clopes ce qui est très rare pour une femme ici !). Pour couronner le tout, elle ne supporte pas que tu sortes de table en ayant encore faim. On prendra donc deux assiettes pour quatre ; c’est un délice surtout après un déjeuner pareil !

 

            Après une courte nuit avec une douzaine de colocataires d’une soirée (et un coq), nous nous apprêtons à nous remettre en route. Au moment de notre départ, Mama nous apporte deux bracelets chacun. Elle nous les met en récitant quelque chose sur un ton solennel. Ils sont en fait censés nous porter chance et nous sommes tous les quatre émus par cette femme, cette maman d’un soir.

 

            Nous repartons en direction de la plantation de M. Vieng pour un petite caf’ qui réveil et visiter son exploitation. Il nous explique les différences entre l’Arabica, le Robusta, le Liberia, comment se fait la récolte, à quel moment la graine est prête (quand elle est rouge !) il nous montre les nids de fourmis (d’énormes nids en feuilles d’où des milliards de fourmis surgissent)… La plantation est immense, il fait chaud, mais c’est intéressant !

 

            On fait à nouveau demi-tour pour repartir vers Tad Lo, finir la boucle et découvrir d’autres cascades, les plantations de thé etc… Cette route, on n’en peut plus ; cette portion on la fait pour la 5eme fois. On part en tête et on décide de prendre un peu de vitesse, le vent nous fait du bien… Après quelques minutes sans voir Mélissa et Matthieu dans le rétro, on lève le pied, un mauvais pressentiment nous gagne. On finit par revenir sur nos pas et ça n’a pas loupé. Ils sont tous les deux sur le bord de la route, choqués, brulés à plusieurs endroits. La chambre à air changée la veille a surement explosée et c’était le vol plané obligatoire. Heureusement, plus de peur que de mal, il faut croire que les bracelets de Mama Pap’ ont fait leur boulot. Après les premiers soins (il faut toujours voyager avec une secouriste de poche !), un tuktuk envoyé par Miss Noy fini par les rapatrier. Nous, le cœur n’y est plus et on préfère rentrer aussi.


            Le lendemain, nous faisons les backpacks, dépensons nos derniers Kips, disons au revoir à notre copain l’Indien et surtout à nos amis Chambériens (mais le RDV est pris, dans un an avec un verre de vin et un bon morceau de tomme dans nos contrées !) ; nous savons que nous les laissons entre de bonnes mains, un ami des gérants de la guest a décidé de les soigner en 3 jours avec la médecine traditionnelle !

 

 

            Direction Bangkok puis l’autre bout du bout du monde, la Nouvelle Zélande.

 

Delph

 
Note : 5.00 - 1 vote



Commentaires
  • par christine Paleni 21/11/2013 Alerter

    Salut Pao c'est tatie Cris, je ne comprend rien à ce blog. Bisous. Je pense à toi.

Ajouter un commentaire


Pour ajouter un commentaire vous devez vous identifier Inscrivez-vous!

Si vous ne souhaitez pas vous connecter, mettez simplement
Votre nom Votre email :


 
09/10/2013 | vientiane | 0 commentaire

Vientiane – « Paris ! Lieu de culture et de vie, ville lumière que tout l’monde nous envie » - Paris – Tryo

Vientiane – « Paris ! Lieu de culture et de vie, ville lumière que tout l’monde nous envie » - Paris – Tryo          Bye bye Indonésie ! C’est avec un petit pincement au cœur mêlé à une envie d’aller découvrir d’autres terres que nous regardons Bali diminuer petit à petit depuis le hublot de l’avion.              Quatre heures ... Lire la suite

 
11/10/2013 | pak beng laos | 1 commentaire

Pak Beng – « Je n'dis pas c'que j'pense mais j'pense c'que je dis » – AVF – Stromae

Pak Beng – « Je n'dis pas c'que j'pense mais j'pense c'que je dis » – AVF – Stromae           Nous quittons Vientiane pour une escale de quelques heures à Luang Prabang avant de remonter le Mékong pour Pak Beng. De l’ancienne ville royale (Luang Prabang) nous ne verrons que quelques ruelles de nuit avant d’arriver au petit port.            Il est 5h, on ... Lire la suite

 
17/10/2013 | luang prabang | 1 commentaire

Luang Prabang – « Au détour d'une ruelle sans nom, te voilà, une chance sur un million » - Encore une fois – Gérald De Palmas

Luang Prabang – « Au détour d'une ruelle sans nom, te voilà, une chance sur un million  » - Encore une fois – Gérald De Palmas              A vrai dire, il est difficile de savoir si la péniche nous ramenant à Luang Prabang était plus remplie d’australiens bourrés ou de cannettes de bière vides… Mais dans ce vacarme, nous dénichons deux couples de français, avec qui nous commençons ... Lire la suite

 
18/10/2013 | luang prabang | 0 commentaire

Luang Prabang – «Alors je selle ma monture, Je repars a l'aventure » - Je m’en vais - Cali

Luang Prabang – «Alors je selle ma monture, Je repars a l'aventure » - Je m’en vais - Cali           Entre deux allers-retours aux toilettes pour Pao et trois mouchoirs pour moi, c’est laborieusement que nous nous occupons en attendant la fameuse fête de l’eau. Ayant fait le tour de Luang Prabang, nous décidons le premier jour d’explorer les environs et pour cela, quoi de mieux qu’un scoot ?! ... Lire la suite

 
20/10/2013 | luang prabang | 1 commentaire

Luang Prabang - « Depuis le temps qu'on en rêvait Et qu'on en crevait Elle est arrivée » - C’est la fête – Michel Fugain

Luang Prabang - « Depuis le temps qu'on en rêvait Et qu'on en crevait Elle est arrivée » - C’est la fête – Michel Fugain          Nous avons passé une semaine à Luang Prabang, à attendre principalement cette fameuse fête de l’eau. Et on a beau l’attendre, celle-ci se fait désirer ! Un jour on nous dit que c’est aujourd’hui, puis finalement les courses de bateaux étaient la vieille, la procession ne se ... Lire la suite

 
23/10/2013 | si phan don laos | 3 commentaires

Si Phan Don – “Slow down, take your time it will be all right” – Slow down – Imany

Si Phan Don – “Slow down, take your time it will be all right” –  Slow down –  Imany               Tous les backpackers rencontrés sur notre chemin nous avaient désigné Si Phan Don, « Région des 4 000 îles » comme une étape à ne pas manquer lors d’un séjour au Laos.  ... Lire la suite

 
30/10/2013 | pakse laos | 2 commentaires

Le mot de la fin pour Delph - "On fait le Bilan, calmement en s'remémorant chaque instant" - Le Bilan - Neg Marrons

 	Le mot de la fin pour Delph - 10 Questions de Pao pour Delph
1 - Allez on commence simple, quel est le premier mot qui te vient pour décrire ce pays?          La différence   2 - Qu'est ce que tu as le plus aimé au Laos (un moment, un lieu, ce que tu veux!)? ...
Lire la suite

 
30/10/2013 | pakse laos | 1 commentaire

Le mot de la fin pour Pao - "On fait le Bilan, calmement en s'remémorant chaque instant" - Le Bilan - Neg Marrons

Le mot de la fin pour Pao - 10 Questions de Delph pour Pao

1- Si ce soir, tu devais te téléporter dans un lieu, revivre une des expériences Laotiennes, que choisirais-tu ?         La nuit de la fête de fin de la saison des pluies et plus exactement le moment où on s’est retrouvé dans le petit ...

Lire la suite

Devenez Tripper !
Mes trips Carte de mes trips
Participer au forum
Mes photos

© 2018 Tripper-Tips.com | CGU | Pub | Contacts | Support | Partenaires |Tripper-Tips.com en page d'accueil