Pas encore inscrit ? | Passe oublié

Mont Bromo - "I just woke up, jet I'm still dreaming Into the wild, I looked for meaning" - Walking alone - Patrice

14/09/2013 | bromo parc national indonésie | 3 commentaires |

Mont Bromo - "I just woke up, jet I'm still dreaming Into the wild, I looked for meaning" - Walking alone - Patrice

            Après cette longue nuit (ou courte, suivant comment on prend les choses) nous arrivons à la gare de Surabaya. Il est 4h et tous les taxis nous harcèlent. Finalement, nous finissons par céder, après forte négotiation et un gain de moitié ; il nous emmène à la gare routière (à l’autre bout de la ville, mais on commence à être habituées). La première chose que nous voyons est un rat, qui va rapidement d’un restaurant à l’autre… hum… mais ici, ce n’est pas tant la propreté mais le changement d’attitude des locaux qui nous choque : les sourires ont disparu, les visages sont durs et fermés. Cette ville est peu conseillée pour le tourisme (tant pour la sécurité que pour les choses à voir) c’est pourquoi nous prenons le premier bus pour Probolinggo, ultime étape avant le Mont Bromo, le volcan le plus réputé de Java.

 

           Nous partons plutôt méfiantes en direction de Probolinggo ; nous avons lu à différentes reprises que l’une des agences de voyage de la ville payait les bus publics pour qu’ils déposent les touristes devant leur porte et non 1km plus loin, à la gare routière. Nous insistons auprès du conducteur et du « portier » pour qu’ils nous posent au fameux terminus. Ils nous disent oui, mais leurs sourires cachent quelque chose…

 

           2h30 plus tard, ça ne loupe pas : nous voila déposées devant cette agence. Le bus ne veut pas repartir et attend que nous descendions. Bien entendu, avec notre entêtement légendaire, il est inconcevable que l’on cède à cette arnaque pour des raisons financières et morales. Les personnes de l’agence nous laissent partir difficilement et nous sommes en route avec les backpacks jusqu’au terminus. Personne ne parle anglais ici ! Mais heureusement pour nous, il suffit de suivre la grande route principale (et de refuser les chauffeurs insistants qui demandent une fortune pour nous emmener !)

 

           Là il faut prendre un minibus pour rejoindre Cemoro Lawang. Nous devons être 15 pour payer 30 000 Rp chacun (soit environ 2€50 par personne pour 45km de routes de montagne, ce qui est déjà beaucoup pour ce pays où l’essence ne coute rien en raison de leurs réserves pétrolières). Les touristes n’arrivant pas, nous prenons le minibus après 2h d’attente avec 6 chinois, le prix grimpe à 50 000 Rp, mais la lassitude l’emporte, nous voulons quitter ce village et la corruption ambiante ! Ah, non, ce n’est pas fini : il y a une taxe d’entrée au « Bromo Tengger Semeru National Park » 3 fois plus chère que celle annoncée, qui apparaît ! Youpi !

 

           Dans les hauteurs, nous rejoignons notre petite chambre au Café Lava Hotel. Le programme initial était couché de soleil depuis le Bromo (volcan considéré comme n’étant plus en activité mais toujours surplombé par un petit nuage) et levé de soleil depuis le mont Penanjakan sur le Bromo et la vallée de la caldeira (immense cratère de 11km duquel émergent d’autres volcans comme le Bomo ou le Semeru). Le froid, la fatigue et l’énorme brouillard ambiant nous font abandonner  la première idée. Nous nous rabattons sur un bon diner réconfortant dans le restaurant de l’hotel, avec une bière locale, des musiques américaines, des produits frais grâce aux terres fertiles du volcan et de bons desserts !

           Allez, au lit, le réveil est à 2h30 demain pour l’ascension du Penanjakan à quelques 2770m d’altitude. « Seuls les intrépides auront le courage de s’y rendre à pied, car il y a 2-3h de marche dans la nuit avec un guide » dixit le routard. Pour nous ce sera donc sans 4x4, ni moto, ni chevaux, ni guide, mais uniquement avec nos frontales que nous arriverons là haut. Il y a plusieurs stands sur le chemin pour vendre de l’eau et du café, c’est eux qui nous indiquerons la route à suivre pour les niveaux supérieurs.

           Au niveau 3 nous voyons de nos propres yeux le nouveau piège à touristes : de faux travaux au milieu de la route obligeant les jeep à s’arrêter et les touristes à rester là ou à prendre des chevaux…

           Au niveau 2, il n’y a plus vraiment de chemin, mais plutôt une paroi à pic avec quelques pierres, racines, marches rapidement creusées… Mais cela n’aura pas raison de notre volonté ! Le chemin redevient plus praticable et après une promenade de santé d’1h45 à un rythme « légèrement » soutenu, nous voila en haut. A nos cotés, des centaines de touristes se pressent pour atteindre le point de vue sur le Mont Bromo. Nous choisissons de fuir cette foule et trouvons une petite place sur un autre versant, face à l’immensité. Les milliards d’étoiles que nous avons contemplées durant la montée laissent place à un magnifique levé de soleil. L’un des plus beaux qu’il nous ait été donné de voir. Des couleurs éclatantes au dessus de montagnes entourées de nuages… Quel spectacle ! Nous sommes fières d’avoir fait ce chemin, comme l’impression de mériter et de savourer pleinement le cadeau que la nature nous offre.

 

           Il est alors temps de rejoindre l’autre face pour quelques photos du Bromo (quand même, du haut de ses 2300m, c’est lui la star ici !). Nous essayons ensuite de comprendre comment le rejoindre en marchant et sans moto. Ce n’est vraiment pas évident : les gens pensent que nous sommes folles et insistent pour nous emmener. Nous avons deux indications différentes : la première, suivre le chemin de ce matin ; la seconde, longer la route des 4x4. Nous prenons la seconde sans trop savoir où nous allons. « No motocycle, just hiking, thanks » a été notre réponse aux dizaines de conducteurs voulant gagner leur journée. Après des kilomètres de marche sur une route en descente, les articulations deviennent douloureuses, les pieds brulent, elle nous semble interminable, mais nos sourires sont furieusement accrochés !

 

           Nous sommes maintenant en bas de la route, mais pas du Bromo ! Il faut à présent traverser l’immense mer de sable et de cendre « Laotian Pasir » en plein soleil (ce qui vaudra quelques coups de soleil à Pao et Lara !). Heureusement, le vent souffle et même si il fait voler le sable, il rend la traversée beaucoup plus agréable. Au pied du Bromo nous n’avons pas le courage de gravir les 250 marches et de nous mêler aux centaines de personnes présentes aujourd’hui, dimanche. Nous l’admirons rapidement depuis le bas, mais vu d’ici, il n’a plus rien d’exceptionnel ! Il faut à présent remonter jusqu’au village, ces derniers mètres furent les plus éprouvants !

 

           Dans la légende des Tenggers, les habitants de la région, le cratère aurait été creusé avec une demie coque de noix de coco par un ogre éperdument amoureux d’une princesse. Au 16e siècle ce fut le refuge des Tenggers hindous fuyant la vague islamique. C’est le couple royal alors sans enfant qui mit la main sur le Bromo. Ils demandèrent au dieu-volcan de les aider à concevoir un héritier. Les récits affirment qu’ainsi le couple donna naissance à 25 enfants en échange du sacrifice du dernier garçon. La mère refusant d’obéir c’est le jeune enfant lui-même qui se sacrifia. Depuis les rites ancestraux poussent les habitants de la région à jeter des offrandes dans le cratère (des fruits, des poulets et d’autres denrées, mais plus d’enfants, on l’espère !).

 

           La douche froide, cauchemar de la veille à cause des faibles températures à cette altitude, est à présent une délivrance ! Nous quittons Cemoro avec les jambes lourdent mais les yeux émerveillés par ce que l’on vient de voir.

 

Delphine

 
Note : 5.00 - 1 vote



Commentaires
  • par Mathieu Granger 01/10/2013 Alerter

    Magnifique récit! J'ai lu tous vos articles jusqu'à présent et je me devais de vous féliciter pour la qualité de vos écrits à toutes les deux!! Je le fais symboliquement sur celui là car le Mont Bromo fait partie de ma check list depuis un bout de temps!! ;) J'admire votre capacité à délivrer du temps pour alimenter le blog, je vous souhaite que cela continue et surtout une très bonne aventure!! Avec Amine on arrive à Jakarta le 8 novembre!! On pense bien à vous!! Enjoy!!

  • par paoetdelph 02/10/2013 Alerter

    Hello ! merci pour ton message ! ça fait plaisir !
    Où vous en êtes vous ? ça se passe bien ? C'est quoi la suite du programme ?

    Profitez à fond, c'est des belles aventures qu'on a là !
    Bises

  • par Mathieu Granger 03/10/2013 Alerter

    Nous on en est toujours à finir notre stage de 5 mois entamé début juin. On est encore dans les démarches pour le visa en indonésie qu'on ne doit pas prendre avant le 7 octobre pour pouvoir rester 6 mois là-bas. Ensuite, on ira probablement au philippines puis au cambodge pour profiter des deux mois que l'on a! On recherche une ou deux asso à aller rendre visite histoire de ne pas perdre les bonnes habitudes!! ^^ Après Amine reviendra en France pour mieux repartir à la Mecque et moi je vais faire mon projet en Inde...

    Tout s'annonce plutôt bien pour l'instant! On essaiera d'en profiter autant que vous!! ;) Biz

Ajouter un commentaire


Pour ajouter un commentaire vous devez vous identifier Inscrivez-vous!

Si vous ne souhaitez pas vous connecter, mettez simplement
Votre nom Votre email :


 
11/09/2013 | jakarta | 1 commentaire

Jakarta - « Plus loin que la nuit et le jour » - Voyage voyage - Desireless

Jakarta   -   « Plus loin que la nuit et le jour » - Voyage voyage - Desireless          Alors que nous nous apprêtons à passer 8 heures in-ter-mi-nables pour rallier Jakarta (capitale de l’Indonésie, île de Java) nous découvrons à notre grande surprise un avion… Vide ! Nous sommes une dizaine en classe éco, ce qui nous vaut un personnel aux petits ... Lire la suite

 
12/09/2013 | borobudur temple, indonésie | 0 commentaire

Borobudur - "Et puis une route en croise une autre, et puis une autre et encore une autre" - Où je vais - La Rue Ketanou

Borobudur   -                   C'est à 6 h du matin que nous quittons avec envie et curiosité la mégalopole. A bord d'un tuk-tuk nous rejoignons la gare de Jakarta. Durant ces 8 h de train nous allons traverser et découvrir pour la première fois une grande partie de l'île.... Lire la suite

 
13/09/2013 | | 0 commentaire

"Poussez, poussez, ça va rentrer" - Amis ingénieurs

                 Un bus local, nous parlons ici d'un bus dans un petit village c'est une expérience inoubliable à laquelle nous souhaitons vous inviter. Imaginez un bus datant d'après guerre, rouillé, troué, déchiré. Les fenêtres ne s'ouvrent plus, où ne se ... Lire la suite

 
13/09/2013 | yogyakarta indonésie | 0 commentaire

Yogyakarta - « Etre né quelque part, pour celui qui est né, c’est toujours un hasard » - Né quelque part – Maxime Le Forestier

Yogyakarta - «  Etre né quelque part, pour celui qui est né, c’est toujours un hasard » - Né quelque part – Maxime Le Forestier            Dans les bouquins qui ne nous quittent pas d’une semelle, il était dit que les trains pour Surabaya (2e ville la plus importante du pays, après Jakarta) étaient à 70 000 Rp. Dans la gare où nous arrivons, il n’y a pas de train économique, mais seulement des ... Lire la suite

 
17/09/2013 | sempol | 5 commentaires

Plateau Ijen – « Si tu as la force et la foi, l’or est à portée de tes doigts » - Là-bas - J.J. Goldman

Plateau Ijen – « Si tu as la force et la foi, l’or est à portée de tes doigts » - Là-bas - J.J. Goldman                Pas évident de retracer en quelques lignes ce que nous avons vécu aujourd’hui. Ce fut à la fois, la chose la plus belle, la plus grandiose et la plus effrayante que la Nature ne nous ait jamais ... Lire la suite

 
21/09/2013 | rantepao indonesie | 0 commentaire

Rantepao - "where the grass is green and the buffaloes roam" - Jimmy - Moriarty

Rantepao -           Enfin, nous arrivons à reprendre le cours de nos articles !            Après quelques jours de farniente à Bali (Kuta), nous attaquons de nouveau toutes les trois notre marche vers l’aventure ! C’est dans la capitale de Bali, Denpasar que nous cédons à ... Lire la suite

 
22/09/2013 | rantepao indonesie | 1 commentaire

Rantepao - "Et pour ne pas que des fous nous renverssent, On prenait les chemins de traverse" - Chemins de traverse - F. Cabrel

Rantepao -               Comme prévu hier soir, nous rejoignons John pour le petit déjeuner. Là nous rencontrons deux françaises, Octavie et Eugénie, qui nous demandent des conseils pour faire une randonnée dans le nord du pays Toraja… Ca tombe bien, c’est le programme du jour ! ... Lire la suite

 
23/09/2013 | rantepao indonesie | 0 commentaire

Rantepao - « Je ne sais pas où je vais, si jamais je le savais, je crois bien que je n’irais plus" - Où je vais - Rue kétanou

Rantepao - « Je ne sais pas où je vais, si jamais je le savais, je crois bien que je n’irais plus                Nous ne pouvions pas partir du pays Toraja sans assister à des funérailles ; et on a de la chance, il y en a pendant que nous sommes là ! Nous partons donc tous les six en voiture à une heure de Rantepao (à Madandan). Par respect des coutumes, nous sommes tous ... Lire la suite

 
24/09/2013 | | 1 commentaire

Rantepao – « Au marché tu peux tout trouver, Des patates et du poisson, Des savates et du savon » - Au marché - Henri Dès

Rantepao – « Au marché tu peux tout trouver, Des patates et du poisson, Des savates et du savon » - Au marché - Henri Dès            Aujourd’hui c’est le jour du « Big Market » à Bulu. Ce marché principal a lieu tous les six jours et rythme la vie des Torajas. Comme d’habitude on a beaucoup de chance, nous ne sommes là que pour quatre jours et nous avons le droit à tous les ... Lire la suite

 
27/09/2013 | Gili's Islands | 0 commentaire

Gilis – “Where the sky so blue, where the sunshine so bright” – Welcome to my paradise – Groupe indonésien

Gilis – “Where the sky so blue, where the sunshine so bright” – Welcome to my paradise – Groupe indonésien          Quelques jours de plage et de farniente entre filles sont bien nécessaires pour oublier ces rites morbides : ça tombe bien, il parait qu’on est en Indonésie !             Il nous aura bien fallu 2 jours complets de transports, bus, taxis, bemo, avion, ... Lire la suite

 
30/09/2013 | senaru lombok | 2 commentaires

Lombok Nord&Centre - "Pour aller n'importe où Pour aller jusqu'au bout Des chemins de fortune " - Ma liberté - Georges Moustaki

Lombok Nord&Centre -             C’est sur la plage de Bangsal (Lombok) que nos chemins se séparent. Le trio part découvrir l’île, et Nel continue son voyage déjà programmé.             Sur cette île, le tourisme se concentre sur trois principales ... Lire la suite

 
02/10/2013 | kuta | 0 commentaire

Lombok Sud - "Pour aller n'importe où Pour aller jusqu'au bout Des chemins de fortune " - Ma liberté - Georges Moustaki

Lombok Sud -              Au petit matin, après une nuit peu reposante pour le corps et les oreilles, Lara qui s’est aventurée au « karaoké » la veille nous raconte. C’est en fait bel et bien une maison close où les filles chantent sur une estrade dans l’unique but d’être ... Lire la suite

 
05/10/2013 | ubud bali | 0 commentaire

Ubud – « Des bracelets qui farandolent, des boucles d’oreilles qui sourient » - Almarita - La Rue Kétanou

Ubud – « Des bracelets qui farandolent, des boucles d’oreilles qui sourient » - Almarita - La Rue Kétanou           C’est lentement, très lentement que nous rejoignons pour la dernière fois Ubud à Bali. Pour les quatre jours qu’il nous reste sur les terres indonésiennes, nous décidons de lever un peu le pied.              Nous alternerons donc, ... Lire la suite

 
08/10/2013 | ubud bali | 0 commentaire

LARA – « And when the night is cloudy there is still a light that shines on me » - Let it be – Beatles

LARA – « And when the night is cloudy there is still a light that shines on me » - Let it be – Beatles            Au départ c’était pour quelques jours, et finalement c’est pour un mois que nous avons voyage ensemble. Partageant découvertes, coups de cœurs et de folie, c’est une réelle amitié qui s’est tissée de jours en jours. De manière naturelle et ... Lire la suite

 
08/10/2013 | ubud bali | 1 commentaire

Le mot de la fin pour Pao - "On fait le Bilan, calmement en s'remémorant chaque instant" - Le Bilan - Neg Marrons

Le mot de la fin pour Pao - Cite trois adjectifs qui caractérisent le mieux l’Indonésie et ses habitants :           Diversifiée – Expressifs – Spontanés  Qu'est ce qui restera marqué dans ta mémoire, que le temps qui s'acharne ne pourra effacer ? ... Lire la suite

 
08/10/2013 | ubud bali | 0 commentaire

Le mot de la fin pour Delph - "On fait le Bilan, calmement en s'remémorant chaque instant" - Le Bilan - Neg Marrons

Le mot de la fin pour Delph - Donne 5 mots (pas plus!) pour imager ce que tu as pu entrevoir de ce pays:
          Accueil, chaleur, couleurs, dépaysement, émerveillement     Quel a été le moment le plus fort pour toi?
         Ahah, sans hésiter le ...

Lire la suite

Devenez Tripper !
Mes trips Carte de mes trips
Participer au forum
Articles
Mes photos

© 2018 Tripper-Tips.com | CGU | Pub | Contacts | Support | Partenaires |Tripper-Tips.com en page d'accueil