Pas encore inscrit ? | Passe oublié

Bishkek – «Je vais là où les pentes sont plus raides, Je vais là où on ne sait pas le tiède» – Est-ce que tu me suis – F. Pagny

19/04/2014 | Bishkek | 1 commentaire |

Bishkek – «Je vais là où les pentes sont plus raides, Je vais là où on ne sait pas le tiède» – Est-ce que tu me suis – F. Pagny

            Samedi, réveil 7h, sandwichs, vêtements chauds, imperméable, camelback et hophophop je rejoins le Trekking Union of Kighizstan qui, comme vous l’aurez deviné, organise des treks ouverts à tout le monde, de difficulté variable.

 

            Aujourd’hui c’est Kegety Gorges, censé être une mise en jambe… Dans le bus j’entends parler français, mais, je profite de l’interminable ligne droite qui nous emmène à la sortie de Bishkek pour finir ma nuit ! Quand je me réveille, le paysage est juste époustouflant. On est à peine sorti de Bishkek et en face de notre chemin défoncé, des montagnes à perte de vue. Au premier plan elles sont plus basses, la neige a fondu et la végétation essaye de repartir, plus loin des monts enneigés, étincelants. Juste un mot « Wow » et je commence à comprendre pourquoi je suis venue me perdre ici…

 

            On fait une première pause aux abords d’une cascade qui n’a rien d’exceptionnel, soyons honnêtes ! Mais cela me permet de faire la connaissance de Marc et Sébastien, des volontaires venus ici pour aider à apprendre le français. Ils ont l’air contents de leurs séjours jusqu’à maintenant même si les étudiants ne sont pas franchement assidus !

 

            Ensuite, on se dirige vers les gorges Kegety. On suit d’abord un gros chemin qui nous emmène entre les montagnes. Il fait encore beau et je suis comme une gamine en retrouvant les sommets et la neige ! A un certain point la question se pose : droite ? gauche ? Un kyrgyz nous propose de le suivre dans les petits (non)chemins sur la droite, alors que le tracé prévu partait à gauche. On délaisse donc la grosse route faite pour les moutons et on essaye de suivre Andrei. Il est guide pour le TUK mais est venu en famille aujourd’hui. On monte gentiment dans la foret entre les pierres, la neige… Le temps se couvre et quand vient l’heure de manger tout le monde ramasse des branches pour faire un feu : PAR-FAIT !

 

            Andrei parle un petit peu anglais, ses enfants et leurs amis pas vraiment mais ils sont tous super souriants, accueillants. Ils nous donnent de la nourriture, des conseils pour nous en sortir vue les conditions etc. C’est tellement gentil !

 

            On finit par sortir de la forêt, arriver à une cascade gelée. Là, le ciel est vraiment couvert, les premiers flocons tombent et on décide de faire demi-tour et de retourner au bus. Même si la vue n’était pas folle, ça fait du bien de se dépenser malgré mon rhume un brin handicapant, de retrouver le froid, les montagnes, la neige… J’ai vu des vaches, des moutons et mes premiers chevaux en liberté. On a même croisé… une fouine ? ou quelque chose comme ça entre les rochers !

 

 

 

 

           Dimanche, à nouveau, réveil 7h, sandwichs, vêtements chauds, imperméable, camelback et hophophop ! Aujourd’hui je suis toute seule et c’est avec plaisir que je retrouve Andrei au départ du bus. Il est tout seul lui aussi, sa famille est restée au lit !

 

           On descend du bus, les guides nous montrent le sommet de la colline et… c’est parti ! Il n’y a pas de chemin, pas de traces et on part tous tout droit dans la pente (oui, faire des lacets ne semble pas être dans leurs habitudes). 200 mètres de dénivelé en quelques minutes : le ton est donné ! Et je me dis un truc du genre "heureusement que j'ai bien récupéré d'hier".

 

          Et je me dis juste! Après une pause en haut d'une cascade, on commence à s’enfoncer dans la gorge. On croise à nouveau des chevaux sauvages, puis une bergerie puis on continue à monter, monter, monter. D’un coup la vue se dégage et le spectacle est magnifique. Il fait grand beau et les montagnes sont simplement à couper le souffle ! C’est là que je fais la connaissance d’Aïsha, qui travaille pour l’ambassade américaine à Bishkek. Elle parle parfaitement anglais et on va à peu près au même rythme… On continue le chemin ensemble.

 

          « Chemin » veut dire quelque part à nouveau droit dans la pente pour atteindre le sommet et changer de versant. Cette ascension là est assez raide, mais « la musique adoucit les moeurs » et c’est grâce à elle que j’arrive en haut sans le sentir ! Là, je tombe amoureuse d’un petit arbre solitaire et une fois de plus du paysage qui l’entoure.

 

         Puis on continue jusqu’à atteindre le point le plus haut de notre rando, ce qui ne nous empêchera pas de continuer à enchainer montées et descentes pendant les heures à venir ! C’est là que nous attendons le reste de la troupe. J’attends une petite heure aux côtés d’Andrei et Aïsha, c’est un bon moment ! C’est plus facile de discuter là qu’en pleine effort ! Le vent est glacial et on tente un grand nombre de techniques et d'acrobaties pour ne pas geler sur place... Enfin, il est temps de repartir !

 

         L’autre versant est encore plein de neige et c’est évidemment par là qu’on redescend. Il s’agit de répartir son poids et essayer d’être le plus léger possible pour ne pas casser la croute de neige et faire attention aux glissades! On s’amuse comme des petites folles, on rit aux éclats quand la neige cède et qu'on se retrouve en short avec de la neige à mi-cuisses… Ce n’est pas le cas de la famille venue en petites chaussures de ville et sans veste chaude ! Des vrais touristes ces Kyrgyz ;)

 

        Il est finalement temps de redescendre par la Raspberry Gorge, il est beaucoup trop tôt dans la saison pour les Rasberry (framboises) et on a juste le droit au « bush » : un amas d’arbustres, de ronciers, d’herbes hautes, de chardons… Bref, plein de trucs qui piquent et cachent la vue ! Très vite il est impossible de se suivre et on s’éparpille tous, suivant le vieux principe de « tant que je suis la rivière qui coule, je descends et c’est le bon chemin » car une fois de plus rien n’est tracé !

 

        On finit par sortir des broussailles et à tous se rassembler pour rejoindre les minibus avec plaisir ! On est épuisées, d’après Andrei on aurait fait 1200 mètres de dénivelé positif, toujours droit dans la pente (et logiquement autant de négatif à slalomer d’un bord à l’autre de la rivière et des arbres) en moins de 4 heures si on enlève les attentes interminables du reste du groupe… Plutôt fières de nous et des paysages magnifiques plein la tête il est temps de rentrer !

 
Note : 5.00 - 2 votes



Commentaires
  • par adele 10/05/2014 Alerter

    Compte tenu de ma condition physique actuelle, je t'applaudis bien fort !

Ajouter un commentaire


Pour ajouter un commentaire vous devez vous identifier Inscrivez-vous!

Si vous ne souhaitez pas vous connecter, mettez simplement
Votre nom Votre email :


 
15/04/2014 | | 3 commentaires

Siberia Airlines – «Yea Yea, A state of mind Funky with the rhymes and positively inclined» – Positively Inclined – Wax Tailor

Siberia Airlines – «Yea Yea, A state of mind Funky with the rhymes and positively inclined» –  Positively Inclined –  Wax Tailor            J’ai quitté Bangkok, son nouvel an bouddhiste qui implique une bataille d’eau dans toute la ville sur 5 jours et des tartinages journaliers de pâte à crêpe (ou quelque chose comme ça) sur nos figures, de la musique jour et nuit… J’ai aussi quitté l’Asie du Sud ... Lire la suite

 
16/04/2014 | Bishkek | 3 commentaires

Bishkek – « Et ma voix ne parle qu’à moi » – Comme un étranger dans la ville – Eddy Mitchell

Bishkek – « Et ma voix ne parle qu’à moi »  – Comme un étranger dans la ville – Eddy Mitchell            Après mes péripéties en Russie, je suis finalement arrivée à Bishkek (capitale du Kirghizstan) à 3h30 du mat’. Le temps de passer l’immigration (sans encombre, ouf !) et de récupérer mon sac (double ouf !) il était 4h15… Là, deux ... Lire la suite

 
25/04/2014 | Karaköl | 0 commentaire

Karakol – «J'ai le feu du volcan,la chaleur du désert,la saveur de la terre,la lueur d'une lune claire» – Etrange – DobaCaracol

Karakol – «J'ai le feu du volcan,la chaleur du désert,la saveur de la terre,la lueur d'une lune claire» – Etrange – DobaCaracol           Il est temps de reprendre le cours de l’histoire… Après ces randonnées fabuleuses autour de Bishkek il était temps pour moi de faire mes valises et de repartir à l’aventure, direction Karakol (le nom d’une ville qui me rappelle étrangement un groupe qui a bercé mes ... Lire la suite

 
28/04/2014 | Altyn Arashan | 3 commentaires

Altyn Arashan – « So she keeps on moving, Moving right along » – Born to be Wild – Damian Marley

Altyn Arashan – « So she keeps on moving, Moving right along » – Born to be Wild – Damian Marley            Malgré sa convalescence, Svetlana ne m’a pas oubliée et a organisé pour moi le trajet jusqu’à Altyn Arashan, un refuge dans la vallée d’Arashan (bien fait, non ?). C’est un dénommé Valentin qui m’emmènera en voiture jusque ... Lire la suite

 
29/04/2014 | Altyn Arashan | 2 commentaires

Altyn Arashan – « Père Castor, raconte nous une histoire »

Altyn Arashan – « Père Castor, raconte nous une histoire »            Je parlais d’un défi… Voila l’énoncer du problème, comme au collège : Je sais que nous avons deux Mastercard et pas assez de liquide pour payer une semaine au refuge. Or il n’y a pas de distributeur Mastercard au milieu des montagnes (bien ... Lire la suite

 
02/05/2014 | Altyn Arashan | 0 commentaire

Altyn Arashan – « Il y a, des ruisseaux, des clairières, pas de quoi en faire un plat de ce coin » – Il y a – J.J. Goldman

Altyn Arashan – « Il y a, des ruisseaux, des clairières, pas de quoi en faire un plat de ce coin » –  Il y a – J.J. Goldman             Plus tôt, j’ai parlé d’un trek et il est maintenant temps de faire les sacs: duvets, tentes, nourriture, affaires chaudes et imperméables, thermos d’eau chaude, allumettes et qq combustibles… Et on part à l’aventure. Honnêtement on ne sait pas vraiment où ... Lire la suite

 
07/05/2014 | Kadji-Sai | 1 commentaire

Kadji-Sai – « And he wrapped his wings round him and he fell like a stone » – Me and the Eagle – Steve Earle

Kadji-Sai – « And he wrapped his wings round him and he fell like a stone » – Me and the Eagle – Steve Earle            Pour mon dernier jour à Karakol, je suis allée me promener vers la curiosité géologique de la région, Jeti Oguz. C’est une zone protégée, symbole régional et même national ! Ce sont les falaises rouges ondulées qui s’enchainent par blocs, assez unique ... Lire la suite

 
09/05/2014 | Kochkor | 3 commentaires

Kochkor – « Ils vont toujours de ville en plaine, Il n'y a rien qui les retienne » – Les nomades – Jean Ferrat

Kochkor – « Ils vont toujours de ville en plaine, Il n'y a rien qui les retienne » – Les nomades – Jean Ferrat            J’ai ensuite continué ma route au sud du lac pour rejoindre Kochkor, une petite (très petite) ville (d’exactement deux rues goudronnées). Là, je décide de prendre contact avec le CBT, Community Based Tourism, association ayant pour buts principaux de préserver ... Lire la suite

Devenez Tripper !
Mes trips Carte de mes trips
Participer au forum
Mes photos

© 2018 Tripper-Tips.com | CGU | Pub | Contacts | Support | Partenaires |Tripper-Tips.com en page d'accueil